Archives de catégorie : Voyage

Une Bretagne aux 1000 visages

Lorsque l’on choisit l’hôtel ou le camping pour ses vacances, il est difficile de rencontrer des locaux, à part à travers des discussions à bâtons rompus avec l’agent de l’office du tourisme, le boulanger ou notre voisin de plage qui nous a malencontreusement envoyé du sable en secouant sa serviette et qui a de fortes chances d’être un « simple » touriste, comme nous.

 

Hisilicon K3

Pour pallier cela ainsi que pour des raisons économiques, nous avons décidé, avec mon ami, d’avoir recours à Air bnb pour notre séjour de deux semaines en Bretagne. Hébergés par huit personnes pendant notre périple, nous en gardons des histoires de vie, des regards bienveillants et / ou critiques sur la Bretagne, des solitudes, des besoins de se confier à des inconnus et de partager. Voici quatre mini portraits illustrant la diversité de la région Bretagne et de la richesse d’une rencontre.

 

Nadine, l’expatriée qui revient au pays

Après plusieurs heures de voiture, nous arrivons à Dinard chez Nadine*. Nous n’aspirons qu’à une chose : prendre une bonne douche avant d’aller se promener tranquillement. Mais c’est sans compter sur l’incroyable énergie de notre hôte du jour qui nous propose d’emblée une « petite » balade. « Prenez des bonnes baskets, ça grimpe légèrement » nous annonce t-elle avec un grand sourire. Et nous voilà partis pour une randonnée de 2h30, avec des dénivelés dignes de grands sportifs ! Nadine a besoin de se raconter et nous parle de son parcours atypique. Mariée à un Anglais, elle l’a suivi à Londres puis en Australie où ce dernier travaillait dans la finance. Un profil radicalement opposé au sien : baroudeuse, photographe et photojournaliste. « On s’aimait mais je savais au fond de moi que nous ne vieillirions pas ensemble ». Un jour, après 20 ans passés en Australie, elle en a eu assez de jouer un rôle en participant aux soirées mondaines de son désormais ex-mari. Ce n’était définitivement plus sa place. Elle a décidé de revenir à ses racines,  sa « hometown » comme elle appelle sa ville. Elle a laissé à Sidney ses deux enfants de 19 et 20 ans qui sont « de vrais petits australiens », ses fiertés. L’un est baroudeur et milite pour les conditions des aborigènes quand l’autre est étudiant en commerce.

Continuer la lecture de Une Bretagne aux 1000 visages

Venise au fil de l’eau

Leurs métros sont des bateaux-bus appelés Vaporetti, leurs voitures sont des gondoles, toutes leurs marchandises arrivent par voie fluviale… L’eau est au cœur de la vie de cette cité hors du temps où touristes du monde entier et Vénitiens cohabitent.

Venise est actuellement la plus grande île au monde à être libre d’automobiles et de camions. Sa situation géographique exceptionnelle dans une lagune de la mer Adriatique ne permet pas l’accès de véhicule à moteurs  et c’est tant mieux ! Une forme de sérénité se dégage de la cité malgré un flux incessant des touristes. Être entourée par les eaux donne à Venise l’impression qu’elle est loin des tumultes du monde, même si son avenir est menacé. Les bâtiments ont été construits sur des piliers de bois et sont exposés à la menace de marées, qui inondent d’ailleurs régulièrement la ville. Avant que tous ses trésors se retrouvent sous les eaux, je vous conseille vivement d’aller la découvrir !

Voici une petite liste de mes coups de cœur :

Le Palais des Doges

Situé entre la place Saint-Marc (qui m’a un peu déçue, soit dit en passant), la basilique Saint-Marc et les canaux de San Marco, le Palais des Doges trône fièrement. C’est un bâtiment incontournable qui permet de se rendre compte de la toute puissance de Venise pendant plusieurs siècles.

11136752_10153170185135600_6988020576803954382_n
Ce centre de pouvoir politique depuis le IXe siècle est un bijou, un subtil mélange des styles gothique et Renaissance. J’ai été particulièrement impressionnée par l’immense salle du Grand Conseil, les peintures de Titien et de Véronèse, les sculptures de Sansovino et l’escalier géant.

Continuer la lecture de Venise au fil de l’eau